Nos travaux agricoles : le poulailler, l’oliveraie et le potager.

Frère Benoît : heureux comme un coq en pâte !

Coq et poules en semi liberté sous l’œil vigilant de  Frère Benoît

Depuis quelques mois nous avons fait l’acquisition d’une vingtaine de jeunes poules que nous logeons provisoirement dans la partie encore étable de la «maison saint-Jean». Soignées «aux petits oignons» elles nous le rendent généreusement avec en moyenne une quinzaine d’œufs par jour. Nous espérons déplacer bientôt le troupeau dans un ancien poulailler situé à 5o mètres de là, en bordure du village.

Le futur poulailler et le mur écroulé, à reconstruire.

Le futur poulailler et le mur
écroulé, à reconstruire.

Ce poulailler, en partie déjà restauré, est construit sur une étroite terrasse dont le mur, d’environ 15 m de long, est écroulé. Il faut également le relever. Nous  espérons en la Providence pour poursuivre et achever ce nouvel habitat, où nos chers volatiles pourront pondre, couver et se balader à leur aise dans un espace bien aménagé.

Frère Gabriel

Frère Gabriel

Quelques terrains d’oliviers — une quarantaine d’arbres — faisaient partie de la vente de la maison saint-Jean : merveilleuse aubaine pour les moines qui trouvent dans le travail agricole une source importante d’équilibre et de santé. Nous les avons taillés au printemps dernier pour leur faire rendre la meilleure production possible. Comme le veut le dicton, c’est à la sainte Catherine que commence la récolte. Sur les collines liguriennes, il faut environ 5 à 7 kg d’olives pour obtenir 1 litre d’huile ; et cette année, chaque arbre produit environ 15 kg de fruits. Nous pouvons donc espérer obtenir 80 litres : ce serait une belle première.

DSCF0051

«Le travail est une excellente préparation à la vie intérieure.Plus vous vous adonnerez à la vie intérieure, plus vous aurez l’intelligence de la loi du travail». Dom Romain

Les gens du village sont heureux de nous voir reprendre le travail des oliviers dont la culture est malheureusement de plus en plus abandonnée au profit du tourisme. Tous les paysans de la région savent que ce sont les moines de Lérins qui ont implanté la culture de l’olivier en Ligurie. C’est un point d’histoire qui nous rend sympathiques et estimables à leurs yeux.

Nous avons par ailleurs un jardin potager d’environ 300 m2 qui nous a fourni cette année beaucoup de légumes : fèves, oignons, ails, échalotes, courges et courgettes, haricots verts et haricots blancs, tomates cœur de bœuf en abondance, concombres, choux brocolis, salades, radis, aubergines, poivrons verts et rouges, poireaux, etc.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.