Rome: pèlerinage Summorum Pontificum

5SPODans le cadre de l’année de la foi, le Cœtus Internationalis Summorum Pontificum a organisé du 24 au 27 octobre son deuxième pèlerinage à Rome. En raison du contexte de persécution —le mot n’est pas trop fort— dont est encore l’objet la Congrégation Apostolique des Franciscains de l’Immaculée et son fondateur le Père Stefano Manelli, nous avons cru devoir soutenir la cause de la Tradition, et particulièrement du droit absolu de l’usage du rite traditionnel de la messe, en participant activement à ce pèlerinage présidé par M. l’abbé Claude Barthe. Durant ces quatre journées se sont succédés messes et vêpres pontificales, chemin de croix et récitation du rosaire, tables rondes et rencontres officielles.
DSCF0056

Le Cal Castrillón Hoyos célèbre la messe
pontificale à l’autel de la Chaire de Saint Pierre.

Ce pèlerinage a été l’occasion de renouveler la pieuse visite des quatre grandes basiliques romaines dont celle de Saint Paul hors les murs où le Père Abbé et sa communauté nous ont très charitablement hébergés durant tout notre séjour.

A la grotte: prière aux pieds de Saint Benoît

Ce fut l’occasion également d’un autre pèlerinage aux sources de la vie bénédictine : la grotte de Subiaco où Saint Benoît vécu trois années et où, raconte saint Grégoire, « seul sous le regard de Celui qui voit d’en-haut, il habita avec lui-même. Il veillait sans cesse à sa propre garde,

DSCF0027

La communauté devant le monastère Saint Benoît de Subiaco

se voyant toujours sous les yeux de son Créateur. Il se maintint lui-même dans le cloître de sa pensée. Le saint homme croissait en vertus et en miracles et beaucoup furent attirés et se rassemblèrent pour servir le Dieu Tout-puissant »

La basilique Saint-Benoît construite sur la maison natale du saint patriarche.

La basilique Saint-Benoît construite
sur la maison natale du saint patriarche.

En quittant Rome, sur la route de retour à Villatalla, nous nous arrêterons à Nursie où naquirent saint Benoît et sa sœur jumelle, sainte Scholastique. C’est là, 200 ans après l’expulsion des moines par Napoléon Bonaparte, que le RP Cassien Folsom et sa communauté ont refondé la vie monastique, dans la fidélité aux observances et à la tradition liturgique. L’accueil y fut plus que fraternel: nous sommes repartis les bras chargés de multiples cadeaux dont un carton de leur fameuse bière qui fut honorée et appréciée jusque sur la table du Pape Benoît XVI. Pour la commande, allez vite découvrir leur site.

Photo souvenir de notre passage parmi les moines de Nursie


Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.